Le bouddhisme tibétain est un art de vivre qui prône l’harmonie, la connaissance et l’équilibre de vie. Rencontre particulière avec un moine Tibétain.

Cet article est un extrait de mon prochain livre.

Mars 2015
À Goa, Inde

Après mon expérience dans un ashram, j’ai décidé de prendre quelques jours de réflexion de Goa.

Je tenais à éviter toute la masse de touriste là pour faire la fête et j’ai trouvé mon bonheur dans une petite maison, directement sur plage perdue.

Cela faisait déjà plusieurs jours que j’étais présent, j’avais loué un scooter et je devais retrouver un ami, Nittin, chez lui pour les répétitions avant la fête des Couleurs, la Holi.

Ses indications étaient plutôt floues, et sans savoir comment, je me suis retrouvé dans une clairière ou une dizaine de moines priaient.

Je descendais de mon scooter, curieux, et un homme d’une cinquantaine d’années habillé en jogging s’est rapproché de moi, en me faisant signe de ne pas faire de bruit.

“Vous voulez voir les moines ? C’est la première journée” me dit-il en chuchotant.

J’acquiesçais.

J’étais curieux de cette rencontre.

“La prière est presque finie, mais nous allons reprendre après manger. En attendant, partagez le repas avec nous.”
Finalement, je lui demandais “La première journée de quoi ?”

“A l’occasion de la Holi, les moines se regroupent dans différents villages pour plusieurs jours de prière, afin de protéger les habitants. Nous avons fait le voyage depuis le Tibet puisqu’un des moines vient d’ici.”

Quelques minutes plus tard, je me retrouvais assis au milieu d’une dizaine de moines en robes oranges. Leurs âges variaient de 17 ans à 34 ans.

“Vous pouvez leur parler” me signala l’homme en jogging.

Un moine  d’une vingtaine d’années semblait plus souriant que les autres, et j’eus l’occasion de lui poser toutes les questions sur la philosophie derrière le Bouddhisme Tibétain, sa vie et ses rêves.

Je ne connaissais rien ou presque à cette religion. Et je n’ai pas été déçu…

Fin de l’extrait.

Il existe de nombreuses écoles et traditions derrière le bouddhisme Tibétain.

Le but est avant tout un éveil spirituel, une libération totale de la souffrance.

Mais avant d’atteindre ce but, il vous offre la possibilité de mieux vous connaître, de trouver une harmonie et un équilibre de vie. La tolérance derrière cette religion m’a aussi beaucoup touché.

Ma première question portait sur l’organisation du bouddhisme.

Comme toute religion, le bouddhisme tibétain repose sur une hiérarchie. Quelle est-elle ?

Je n’avais entendu parler que du Dalaï Lama, mais la réalité est bien plus intéressante…

La Hiérarchie : Les Chefs Spirituels Du Bouddhisme Tibétain

Sa hiérarchie est comparable à une pyramide, symbole de spiritualité. La pyramide peut également représenter l’élévation de l’esprit.

On retient principalement 3 chefs spirituels :

  • Le dalaï-lama,
  • Le panchen-lama
  • Le karmapa.

Le Dalaï-Lama, Grand Chef Du Bouddhisme

Le dalaï-lama est le chef spirituel des pratiquants du bouddhisme.

La lignée des Dalaï-lama est avant tout la réincarnation de maîtres et de moines spirituels.

Ces derniers ont décidé de suivre le chemin du Mahayana, c’est-à-dire, qu’au lieu de poursuivre l’Éveil au Nirvana, ils décident de rester sur Terre. Leur but étant d’aider tous les êtres en leur apportant leur compassion et en transmettant leur savoir.

Le dalaï-lama ne fait pas de différences entre les enseignements…

Il est l’autorité spirituelle du Tibet, il est vu comme une émanation du Bodhisattva de la compassion, mais pas que. C’est aussi le représentant des 4 écoles bouddhistes et il doit le faire avec égalité et sagesse.

Dalaï-lama pourrait signifier « Océan de Sagesse » en sanskrit.

Néanmoins, ce nom a surtout pour fonction de rappeler que le Dalaï-Lama agit pour les autres avec son Savoir.

Le Panchen-Lama, Ou Le Grand Érudit

Le panchen-lama est le deuxième plus important membre de la hiérarchie bouddhiste tibétaine.

En Occident, on le nomme souvent « le Grand Erudit”, qui est la transcription littérale du nom sanskrit.

Le panchen-lama est un maître spirituel. Comme le dalaï-lama, il vient d’une grande lignée de réincarnation. Il est un des visages de la philosophie bouddhiste tibétaine.

Le panchen-lama serait l’évocation du bouddha Amitabha. Ce dernier fait allusion au Nirvana, à la terre pure. C’est un lieu qui pourrait s’apparenter au Paradis, que seuls les initiés à l’Éveil peuvent atteindre.

Le Karmapa, Maître Bouddhiste

C’est la troisième personnalité essentielle dans la hiérarchie bouddhiste tibétaine. Le Karmapa est différent du dalaï-lama ou du panchen-lama car c’est un maître bouddhiste.

La traduction sanskrite approximative de Karmapa est »Celui qui accomplit les activités de Bouddha ».

Tout comme les deux autres membres de la hiérarchie bouddhiste tibétaine, le Karmapa est une longue lignée de réincarnation.

Il dirige une des quatre écoles du bouddhisme tibétain.

Les Deux Grands Enseignements Du Bouddhisme

Le bouddhisme peut être considéré comme une philosophie et une religion. Il existe aussi de nombreuses variantes, liées aux différents maitre.

Vous avez par exemple le bouddhisme vajrayana, qui est l’apprentissage pour devenir un bodhisattva…

C’est-à-dire qu’au lieu de partir pour le Nirvana, la personne décide de rester, de se réincarner, dans ce monde pour apporter son aide et son savoir à ceux qui en ont besoin.

Le deuxième grand enseignement du bouddhisme est le hīnayāna. C’est un apprentissage plus personnel, un éveil de sa propre conscience.

Grâce aux méditations et à la lecture des écrits de Bouddha et des maitres bouddhistes, la personne suivant l’enseignement hīnayāna se concentre uniquement sur sa progression.

Ces deux-là sont les principaux courants du bouddhisme tibétain.

Malgré leurs différences, ils restent similaires sur de nombreux points : tous deux sont centrés sur l’Éveil.

En bref, il s’agit d’apprendre à endurer les souffrances de ce monde, à les comprendre et à les dépasser. Il y a également l’importance de l’accumulation du savoir.

Mais, comme l’on peut le lire dans les écrits de Bouddha, la Connaissance n’est rien pour celui ou celle qui ne la partage pas. Les préceptes et les enseignements sont surtout tournés vers l’apprentissage du don de soi. Savoir acquérir de la sagesse sans que son ego prenne de l’ampleur.

Ce Qu’Implique La Pratique Du Bouddhisme Au Quotidien

Je voulais aussi comprendre ce qu’impliquer la pratique du bouddhisme au quotidien. En quoi par exemple est-elle différente d’un chrétien ?

Sa réponse s’articulait autour de trois principes à suivre :

  1. Méditer et prier
  2. Lire les écrits de Bouddha et des maitres bouddhistes
  3. Questionner sans relâcher et partager avec les autres

La vie d’un moine bouddhiste tourne uniquement autour de ces trois principes.

Ils méditent pour mieux comprendre et intégrer ce qu’ils apprennent, prient pour protéger les autres et étudient afin de partager leur savoir à tous ceux qui le souhaite.

Finalement, il est aussi possible d’intégrer ça dans la vie d’un Européen. Pas avec la même intensité, ni la même régularité. Mais l’expérience est transcendante.

Un Déjeuner Inattendu Avec Un Moine Tibétain De Voyage En Inde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *