Développer la confiance en soi avec l’auto-hypnose, c’est possible. Voici une manière de faire…

La suite de cet article est un extrait de mon livre à venir.

Février 2011
Londres, Angleterre

J’avais la sensation d’être dans une boite de nuit. Une boite de nuit immense, avec près de 6 000 personnes venues de toute l’Europe, et même d’Asie.

Le DJ tenait la foule sans aucun souci. D’un simple mot, tout le monde se taisait… Et dès que la musique démarrait, tout le monde sautait sur place, tapait dans les mains, et suivait le rythme de cet immense DJ, un homme imposant de 2 mètres.

À la fin de musique, chacun distribuait un high five et un hug à son voisin en lui disant d’un anglais approximatif “You rock, baby!”.

Je n’étais en fait pas dans une boîte de nuit, mais dans un séminaire de développement personnel, animé par Anthony Robbins, une force de la nature.

Anthony Robbins est une véritable star aux U.S., il est régulièrement invité dans l’émission d’Oprah Winfrey, une animatrice extrêmement populaire là-bas.

Ce gaillard de 2 mètres est à l’origine de l’industrie du coaching, c’est lui qui a permis son essor avec ses publicités qui passent en boucle sur toutes les chaines américaines. Moins connu des français, il est même considéré comme une secte ici.

Après tout, les français sont froussards, ce n’est pas nouveau… Il suffit de regarder la perception commune de l’hypnose pour s’en rendre compte.

Anthony Robbins fait des shows à l’américaine, sa technique pour avoir confiance en soi est celle du peak state, où il associe un mouvement puissant du corps comme taper dans les mains ou serrer le poing avec un cri comme “YES !” par-dessus.

Il y ajoute un brin de P.N.L. (Programmation Neuro Linguistique) avec les ancrages, et c’est parti… It’s time to rock baby…

Mettre En Place Un Ancrage De Confiance En Soi Avec l’Auto-Hypnose

Le principe des ancrage a été popularisé par la P.N.L., notamment par le Dr. Richard Bandler.

L’ancrage a des bases scientifiques, il s’agit de conditionner votre cerveau à réagir d’une certaine façon. Le principe est simple : un stimulus déclenche une réponse.

Reprenons les travaux d’Ivan Pavlov et du réflexe Pavlovien.

Ivan Pavlov était un chirurgien connu pour son chien et le réflexe Pavlovien.

Il a conduit une série d’expérimentation où avant de donner de la nourriture à son chien, il utilisait différents stimuli comme un sifflet ou un métronome.

[…]

À force d’entendre le même son avant de se voir servir son repas, le chien de Pavlov a associé les deux. Il lui suffisait d’entendre le stimulus pour saliver automatiquement, même sans voir de nourriture.
Un ancrage, c’est simplement ça.

Le cerveau a associé un stimulus à un état…

Ce mécanisme n’est pas unique aux chiens, nous aussi avons le même mécanisme.

Les 4 Clés Pour Créer Un Ancrage

Votre cerveau sait déjà comment créer une ancre. Après tout, il en a déjà fait tellement de manières inconscientes…

  • Les araignées qui déclenchent de la peur.
  • Une poignée de main trop molle, ou encore le sourire d’un bébé sont des ancres quotidiennes. Elles déclenchent des états différents.

Certaines ancres vont vous rendre en colère, d’autres heureux ou calme.

L’idée est de créer vos propres ancrages, notamment des ancrages de confiance en soi.

Anthony Robbins aime ajouter du show dans ce qu’il fait, mais ce n’est pas nécessaire. Vous n’avez pas besoin de taper dans les mains pour avoir confiance en vous.

Il existe différents types d’ancres, dans le jargon de l’hypnose, on appelle créer un ancrage ressource pour tout ancrage qui déclenche un état émotionnel particulier.
Vous allez donc ajouter un geste spécifique à une sensation de confiance en soi. En procédant de cette manière, à chaque fois que vous ferez un geste, vous vous sentirez plus confiant.

Pour vous assurer qu’une ancre soit efficace, suivez ces quatre clés :

  • Intensité
  • Unicité
  • Répétition
  • Durée

Plus vous serez dans un état émotionnel fort, plus votre ancrage sera efficace

Une autre chose… Plus vous serez dans un état émotionnel fort, plus votre ancrage sera efficace.

Cela suit le même principe que pour les souvenirs… Plus un souvenir est banal (comme se doucher), plus il difficile de s’en souvenir. Par contre, plus le souvenir est puissant émotionnellement, plus il est facile de s’en rappeler (demandez aux Américains s’ils se souviennent du 11 septembre 2001)…

Pour reprendre les quatre clés une par une…

L’intensité de l’émotion détermine la puissance de l’ancrage. Plus vous vivrez l’émotion à ancrer fortement, plus il sera facile de la réactiver.

L’unicité de votre geste est importante. Prenez un geste simple qui n’a aucune autre association comme le fait de claquer des doigts ou une pression particulière sur la main.

La répétition est tout aussi importante. Comme le chien de Pavlov, votre cerveau nécessite un certain conditionnement avant d’intégrer l’association. Donc répétez le geste régulièrement pour vous conditionner.

La durée du geste est aussi un critère à prendre en compte. Votre geste doit être fait à un moment spécifique, juste avant que l’émotion atteigne son pic d’intensité. Lorsqu’une émotion atteint un pic, elle perd en intensité après. Donc si vous ancrez à cet instant précis, vous perdrez aussi en intensité juste après avoir activé votre ancrage.

C’était les quatre clés pour développer un ancrage de ressources.

Maintenant, regardons le processus étape par étape.

  1. Identifier votre geste
  2. Ressentir l’état ressource
  3. Faire le geste
  4. Répéter
  1. Identifier votre geste

Identifier le geste que vous voulez utiliser comme ancrage de confiance en soi. Prenez un mouvement simple, de facile à reproduire.

Il peut être discret, vous n’avez pas besoin de sauter sur place ou de taper dans les mains.

2. Ressentir l’état ressource

Pour que l’ancrage soit efficace, il est important de ressentir l’état ressource que vous voulez associer.

L’idée est de prendre un souvenir où cet état était fort. Quel était le moment où vous vous sentiez le plus confiant ? Presque invincible ?

Dans mon livre (à paraitre), je parle notamment des sous-modalités et de la salle de contrôle pour amplifier la sensation de confiance en soi.

Une fois que vous avez atteint le summum, que vous vous sentez presque invincible, passez à l’étape 3.

3. Faire le geste

Gardez un mot en tête : précision.

Même endroit. Même pression.

Je parle de geste, mais il est possible de faire un ancrage avec une musique, un mot, une image, voir même une poignée de main. L’essentiel est de conserver le même stimulus ou même d’en associer plusieurs.

Répéter l’ancrage trois ou quatre fois de façon à l’associer. Passez ensuite à l’étape 4.

4. Répéter

Répétez ensuite les étapes 2 et 3 au moins une fois pendant plusieurs jours d’affilés.

Et l’auto-hypnose dans tout ça ?

L’auto-hypnose va vous permettre d’accélérer le processus avec la transe hypnotique.

Vous allez déclencher un état modifié de conscience avant de ressentir l’état ressource (en l’occurence la confiance en soi) puis suggérer à votre inconscient d’associer le geste à cet état.

Le reste du protocole ne change pas.

Définir la confiance en soi est un exercice compliqué, mais ce protocole vous permet au moins de développer un état de certitude, une manière d’affronter des évènements stressants.

Du Développement Personnel Sans Taper Dans Les Mains

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *